comment commencer un potager
Alimentation durable

8 secrets de jardinier pour bien commencer un potager

Vous aimeriez commencer un potager. Quelle bonne idée ! Économique, écologique, ludique… Cultiver ses propres fruits et légumes est une démarche qui plaît de plus en plus. Est-ce pour manier la bêche et le râteau ? Manger plus sainement ? Revenir à une vie plus authentique ? Quelle que soit la raison, vous avez terriblement envie de semer, planter, amender, arroser et surtout : récolter. Mais vous êtes débutant. Vous ne savez pas trop comment procéder. Alors, avant d’attraper pelle et brouette, laissez-moi vous aider. Je vous confie mes 8 secrets de jardinière pour débuter un potager.

Note: cet article a été écrit par Laurie du Blog Le Potager d’Aillou. Partie vivre dans les Pyrénées, Laurie Fourniaudou accompagne son petit ami dans le développement de son exploitation maraîchère. C’est pour ce projet qu’elle a créé le blog Le Potager d’Aillou qui traite d’autosuffisance, de culture de fruits et légumes mais aussi de leur vie à la montagne.

1-Commencer un potager au bon moment

nain de jardin en automne
Il faut bien choisir son moment pour commencer un potager

Avant toute chose, il est important de savoir quand débuter votre potager. Été ? Hiver ? Quel est le bon moment ?

Selon moi, la meilleure période pour enfiler sa tenue de jardinier est… (roulement de tambours) l’automne ! L’automne est l’une de mes saisons préférées. Les températures se radoucissent, les arbres changent de couleur, le temps semble se ralentir. Les feuilles tombent. Les raclettes se préparent.

Et la terre de votre potager n’attend plus que vous pour une nouvelle aventure !

Vous ne le saviez peut-être pas, mais c’est pendant la période automnale qu’il faut préparer le sol. Lorsque j’écris « préparer », je veux dire : amender, enrichir, organiser.

Certaines personnes vous conseillent de démarrer votre potager au printemps. À première vue, rien de plus logique : c’est à cette période que l’on plante et sème ses premiers légumes. Mais comme un gâteau ne peut se cuisiner sans ingrédients, des légumes ne peuvent pousser sans une bonne terre.

Et la recette magique d’une « bonne terre » n’a rien de compliqué. Amendement, fertilisation, délimitation, organisation… À démarrer dès les mois d’octobre/novembre !

2-Bien choisir l’emplacement de votre futur potager

Nous voici maintenant arrivés à la seconde étape de la création de votre potager : l’emplacement. C’est au cœur de votre jardin que se cache l’endroit idéal. Un coin tranquille où installer votre petit cocon extérieur.

Tranquille ? Oui… mais pas que !

Pour voir grandir vos légumes à vue d’œil, vous aurez besoin d’une bonne exposition. Chaleur et lumière sont les meilleurs alliés de vos plantes chéries. Ainsi, l’emplacement de votre futur potager doit être le plus ensoleillé possible. L’idéal ? Plein Sud !

Il faudrait également que la zone soit abritée du vent. Dans certaines régions, cette recommandation est peut-être plus difficile à suivre. Le vent souffle en permanence (ou presque). Dans ces cas-là, il est possible d’opter pour des solutions brise-vent : haies, clôtures, panneaux en bois, etc.

haricots-verts-récolte

Enfin, je vous conseille d’installer le potager sur un terrain plat ou légèrement en pente. Ce sera beaucoup plus simple pour cultiver des fruits ou légumes, croyez-moi ! Lorsque la parcelle est trop penchée, le travail devient plus sportif (mais pas impossible).

Les autres lecteurs ont aussi aimé :  Remplacer la viande facilement : trouvez les protéines qu'il vous faut en étant végétarien ou végane

Le jardinage est une activité qui demande de l’effort physique : on se baisse et on se relève, on s’accroupit et on lève les bras (il faut bien les attraper ces haricots grimpants !). Alors, ne vous rajoutez pas de complications sur un terrain incliné. À moins que vous n’adoriez les challenges mouvementés ?!

LIRE AUSSI: 4 astuces anti gaspi pour réutiliser les graines de courge

3-Évaluer la bonne superficie

Ça y est ! Vous avez déterminé l’emplacement rêvé pour votre potager. Et vous avez hâte de devenir un vrai petit jardinier. Pressé aussi de déguster tous vos légumes adorés.

Mais avant ça, d’autres étapes sont nécessaires pour y arriver. Dont celle que nous allons évoquer maintenant : la surface nécessaire.

La superficie idéale dépendra avant tout de l’espace dont vous disposez.

Mais cela dépend aussi du temps que vous voulez consacrer à votre nouvelle activité. Je ne vous le cache pas : cultiver ses propres légumes prend du temps. Beaucoup de temps. Si vous ne souhaitez pas y passer tous vos après-midis, je vous conseille de commencer petit.

Une superficie comprise entre 10 et 20m² me semble être une bonne base pour commencer un potager.

Avec le temps, les années et l’expérience, vous pourrez agrandir cet espace. C’est aussi le cas si vous changez d’objectif. Viser l’autosuffisance alimentaire demande forcément beaucoup plus de place.

Pour en savoir plus à ce sujet, n’hésitez pas à découvrir le guide ultime de l’autosuffisance alimentaire en fruits et légumes.

Une fois que vous aurez estimé la taille parfaite, il ne vous restera plus qu’à délimiter le terrain.

4-Préparer le terrain

comment commencer un potager et préparer la terre
Il faut préparer le terrain pour commencer son potager

Enfilez vos gants, c’est maintenant que votre terre a besoin de vous !

Comme je l’ai indiqué au début de cet article, travailler la qualité de votre sol est primordial. Vos légumes vous en seront reconnaissants. Et vos papilles aussi. Mais que pouvez-vous faire pour obtenir la terre parfaite ?

  • L’ameublir et la décompacter : lorsque le terrain est à nu ou en jachère, vous devez l’ameublir. Et pour ça, rien de mieux qu’une grelinette. La grelinette est un outil de jardinage révolutionnaire bien que très simple à utiliser. Il vous suffit de la planter dans la terre en effectuant des mouvements de bascule pour soulever cette dernière. Pour l’aérer comme il faut, il suffit de progresser à reculons. La grelinette est efficace pour décompacter le sol sans le retourner en profondeur (action nuisible à la biodiversité).
  • L’amender : fumier, compost, marc de café, cendre… Les amendements organiques améliorent la structure et la composition de la terre. Notamment si elle est trop lourde ou trop acide.
  • Utiliser les engrais verts : en recouvrant votre terre de ces engrais naturels (légumineuses, moutarde, sarrasin, phacélie, etc.), vous l’enrichissez et améliorez sa qualité. Une fois fauchés, n’hésitez pas à laisser ces engrais se décomposer directement sur votre parcelle.
  • La pailler : pailler votre terre évite de la laisser à nue. De cette façon, vous la protégez de l’érosion (due au vent et au gel) et empêchez les adventices (mauvaises herbes) de pousser. Vous pouvez utiliser de la paille, des engrais verts, la tonte de votre pelouse, des feuilles mortes, du carton, etc.

5-Aménager son terrain

Imaginez-vous vous balader dans votre potager. Vous sentez les bons arômes de vos légumes, goûtez à un air pur, vous errez à travers les cultures rampantes et verticales, cueillez des fraises et récoltez des radis. Même si votre surface est petite, vous y promener sera un véritable plaisir.

Les autres lecteurs ont aussi aimé :  Que mange un végétarien ?

Mais pour tout ça, un mot d’ordre : OR-GA-NI-SA-TION !

Avant de commencer un potager directement avec votre pelle, je vous recommande vivement de réfléchir à l’aménagement de votre potager. Et pour ça, plusieurs choix vous sont proposés :

  • Le potager au carré : cette méthode vous permet de cultiver dans un espace carré, généralement délimité par 4 planches de bois. C’est à vous de définir les dimensions idéales.
  • Le potager traditionnel : cette méthode consiste à cultiver des légumes en ligne droite. Il vous suffit de délimiter des planches de culture et de créer des allées. Vous pouvez les surélever ou non, c’est à vous de voir.
  • Le potager sur butte : la butte de culture est créée à l’aide de plusieurs composants (compost, terre, feuilles mortes, etc.) à même le sol. Il s’agit d’une méthode ancestrale, de plus en plus prisée par les jardiniers.

Quels que soient vos choix, il faudra optimiser votre zone de culture : créer des allées, opter pour les bonnes dimensions, penser à l’accessibilité, etc. C’est assez simple : prévoyez l’espace pour planter ET pour circuler !

6-Tenir un cahier de jardinage

Personnellement, j’adore écrire sur un cahier de « jardinage ». J’y inscris tous mes petits secrets de culture, mes schémas, mes tableaux, mes informations. Mais… des informations sur quoi au juste ?

Je vous conseille de commencer par noter sur votre carnet :

  • Les légumes de saison à pour ne plus manger de tomates en plein hiver.
  • Les légumes à semer/planter/récolter par mois à pour vous aider à y voir plus clair.

Ce cahier est un excellent guide pour démarrer et développer votre zone de culture.

  1. Vous pouvez dessiner le plan de votre potager (très utile pour la rotation des cultures).
  2. Noter les besoins de chaque légume cultivé (espace nécessaire, arrosage, rusticité, fertilisation, etc.).
  3. Insérer un calendrier des cultures (à quel moment vous avez planté/semé telle ou telle plante).
  4. Inscrire vos réussites et vos échecs.

De cette façon, vous savez où vous en êtes, ce que vous faites et à quel moment. Cette étape me semble importante pour bien s’y retrouver et savoir comment commencer un potager efficacement. Pour être organisé. Et ce, que vous ayez une petite ou grande surface.

7-Débuter les semis et plantations

mains qui font des semis dans un potager
Commencez vos premiers semis avec des légumes faciles

Vous voici arrivé à l’étape que vous attendiez depuis longtemps ! La concrétisation de vos efforts : vous allez enfin pouvoir semer et planter vos tout premiers légumes.

La terre est meuble et riche. Vos croquis sont dessinés. L’organisation de votre potager planifié. Vous êtes prêts.

Mais quels légumes pouvez-vous bien planter ou semer ? Peut-être que vous le savez déjà, mais rien ne vaut quelques petits conseils made by Laurie.

Conseil n°1 : commencer un potager en cultivant les légumes qu’on apprécie

Je vous recommande de cultiver des légumes que vous appréciez. Je l’avoue, cette précision tombe sous le sens. Vous me direz que c’est tellement logique que ça en devient ridicule. Pourtant, c’est important de le mentionner.

Ne vous amusez pas à tester une culture de légumes que vous ne consommez pas. Vous détestez les choux ? Alors n’en plantez pas. Vous avez horreur des haricots ? Ne vous embêtez pas à en semer des graines et à les tuteurer. Ce serait du temps et de l’énergie dépensés inutilement.

Conseil n°2 : commencer un potager avec des légumes faciles

En tant que débutant, vous ne connaissez, a priori, pas grand-chose au jardinage. Sachez que comme dans n’importe quel domaine, vous rencontrerez des tâches simples à effectuer comme des tâches… moins simples. Vous l’aurez compris : certains légumes sont plus compliqués à entretenir que d’autres.

C’est pourquoi je vous recommande de commencer par la culture de légumes faciles. Ils ne demandent pas trop de travail, ni énormément d’entretien. Parfaits pour commencer tout en douceur. En voici quelques-uns pour vous aider :

  • salade ;
  • radis ;
  • épinard ;
  • courgette ;
  • navet ;
  • betterave ;
  • oignon ;
  • courges.
Les autres lecteurs ont aussi aimé :  A 25 ans, ils quittent tout pour cultiver leurs légumes

Avant de semer ou planter quoi que ce soit, renseignez-vous sur le compagnonnage. Il s’agit des bonnes et mauvaises associations entre plantes. Deux légumes « amis » plantés côte à côte s’aideront mutuellement à croître.

Sur cet article de Gamm Vert, vous trouverez une chouette infographie sur les alliances (positives comme négatives) des principaux légumes du potager. Autrement, vous pouvez facilement dénicher des tableaux détaillés sur internet.

Le compagnonnage (au même titre que l’optimisation) est une pratique à appliquer pour devenir permaculturel. Si vous voulez en savoir plus à ce sujet, n’hésitez pas à consulter la définition de la permaculture.

Entre optimisation, organisation et association, vous êtes fin prêt à devenir un vrai jardinier !

LIRE AUSSI: Comment faire son compost ?

8-Autres astuces pour savoir comment commencer un potager

Vous en voulez encore ? Alors vous en aurez ! Voici deux nouvelles astuces pour développer votre potager.

Récupérer l’eau de pluie

récupérer l'eau de pluie pour arroser le potager
Récupérer l’eau de pluie pour arroser le potager

L’arrosage des cultures, ça coûte cher. Je ne vous apprends rien en vous disant que ce n’est ni économique, ni écologique.

Une solution pour régler ce problème : récupérer l’eau de pluie. Et pour ça, rien de plus simple ! Disposez des bidons dans votre jardin. Installez une cuve. Construisez un puits.

De cette façon, vous utiliserez beaucoup moins l’eau que vous payez. Au profit de celle de pluie.

Personnellement, je vis à la montagne. Et l’hiver, à la montagne… il neige. Alors, après s’être bien amusés avec notre amie la luge, mon copain et moi avons placé plusieurs bidons dans le jardin. En quelques jours, ils étaient remplis de neige. Une fois fondue, nous aurons de l’eau à profusion pour arroser nos plantes au printemps.

Attirer les abeilles sauvages

Abeille sauvage sur une fleur
Attirer les abeilles sauvages dans son potager

Ne vous êtes-vous jamais arrêté de bouger lorsqu’une abeille vous tournait autour ? Souvenez-vous : vous marchiez tranquillement dans le jardin, en plein été, une glace à la main lorsque soudain ! un « bzzz » retentissant se fait entendre. Vous vous arrêtez brusquement. Votre glace fond comme neige au soleil. Mais vous craignez trop que cette vilaine bébête vous pique. Alors, vous restez statique.

Tout le monde a déjà réagi comme ça. Au moins une fois. Moi la première.

Pourtant, les abeilles sauvages sont indispensables à notre survie. Ce sont ces redoutables pollinisatrices qui sont à l’origine de la production de graines et de fruits. Malheureusement, elles sont aujourd’hui menacées.

Les attirer dans votre jardin, c’est garantir leur survie. Les protéger. Les préserver. Favoriser la biodiversité. Et rendre votre potager plus prolifique encore.

Pour attirer les abeilles sauvages chez vous (pour en savoir plus, n’hésitez pas à cliquer ici), voici quelques conseils à suivre :

  • Construire un hôtel à abeilles.
  • Développer la flore indigène dans votre jardin.
  • Installer un petit coin d’eau.

Pour résumer : créez un écosystème pur et naturel !

Nous voici déjà à la fin de cet article. Vous connaissez maintenant toutes les étapes pour commencer un potager. Véritable démarche écologique, vous lancer dans un tel projet vous sera profitable. Vous mangerez mieux, vous vous dépenserez physiquement, préserverez la planète et ferez de belles économies. Surtout si vous persévérez dans le jardinage et agrandissez votre parcelle. Alors, prêt à enfiler votre tenue de jardinier ? Avez-vous déjà un petit lopin de terre cultivé ? Dites-moi tout en commentaire.😊

Un grand merci à Mélissandre et William de m’avoir permis d’écrire un article sur leur blog. J’ai été ravie de rédiger pour eux sur un sujet aussi passionnant que la culture de fruits et légumes. 😊

Si vous avez aimé ce contenu, vous êtes libre de le partager ! :)

5 Comments

  • Valérie

    Merci pour cet article très pratique. C’est vrai qu’il ya beaucoup de choses à penser quand on commence un potager. Tous ces conseils ne sont pas applcables au jardinage en pot et aux mini-potagers, mais beaucoup le sont. Et quel plaisir de récolter ses premiers légumes 😉
    Amicalement
    Valérie

  • Florent Couston

    C’est vrai, c’est évident mais un des très bon conseil de commencé avec des légumes que l’on aime, aussi avec des légumes facile pour limiter les échecs du débutant. Il faut faire attention à la qualité des graines il est fréquent qu’une bonne partie soit stérile dans les sachets achetés en magasin!!

    • Mélissandre

      Bonjour, merci pour l’astuce, en effet il faut faire attention avec les graines vendues dans les grandes enseignes !

Laisser un commentaire