Sacs de courses avec du plastique
Le défi zéro déchet

Quelles solutions pour réduire les emballages plastiques dans les courses ?

Nous ne pouvons pas parler de défi zéro déchet sans aborder la problématique des courses: c’est le sujet de cette 6e alternative. Entre l’emballage plastique sur chaque produit, les sachets jetables pour les fruits et légumes, les barquettes en tout genre… Ce n’est pas facile de faire des courses 100% zéro déchet ! Dans cet article, le but n’est pas de vous dire comment faire des courses éco responsables de A à Z (on vous réserve d’autres articles promis !) mais de vous partager des solutions simples, à portée de tous, à mettre en place pour éviter les emballages plastiques et autres déchets lors de vos achats.

Une erreur fatale du zéro déchet

Chat en colère et frustré
Frustration intense quand tu veux faire du 100% zéro déchet en 1 coup de baguette magique

Quand on a commencé à réfléchir à notre mode de consommation et notre impact sur l’écologie, nous avons fait une grosse erreur au début. Nous avions tendance à être un peu extrémistes : s’il y avait un emballage plastique ou même en papier, soit nous n’achetions pas du tout, soit nous traversions la ville pour trouver une alternative. Sauf que, s’en est suivi de la frustration (j’avais vraiment envie de ces fraises emballées dans du plastique), de la culpabilité de ne pas faire du 100% zéro déchet, du jugement sur tout et sur les autres (désolée petite mamie que j’ai regardée avec des éclairs dans les yeux à la caisse) et des courses interminables (courir dans 10 magasins c’est fini). Bref, les courses étaient devenues un calvaire et on avait une manière de penser très moralisatrice, ce qui ne nous correspond pas du tout !

On ne peut pas être parfaits tout le temps, on essaye de faire de notre mieux à chaque fois. L’échelle du zéro déchet n’est pas la même pour tous, chacun son rythme pas à pas ! C’est ok si vous achetez de temps en temps des biscuits suremballés, des fraises en barquettes, des tomates dans un sachet plastique « biosourcé » ou je ne sais quoi qui n’est pas zéro déchet tant que vous en avez conscience ! Vous pouvez peut-être aller du bout du bout en un rien de temps, et on vous dit bravo ! Cependant la situation la plus probable est que vous accumuliez de la frustration et qu’un jour vous craquiez quitte à abandonner la démarche.

On ne veut pas en arriver là, si vous faites partie des Écolos Imparfaits, lisez la suite de l’article pour y arriver doucement mais sûrement 😉.

Le danger des emballages plastiques

Avant de vous présenter les alternatives simples aux emballages plastiques que vous pouvez mettre en place, il est important de rappeler pourquoi il est nécessaire de le faire.

Le plastique ce n’est pas fantastique

Le Great Pacifique Garbage Patch ou le 7e continent fait de plastique

Vous vous rappelez de cette chanson entêtante « Barbie Girl » du groupe Aqua ?  Mais si, ça faisait « I’m a Barbie girl, in the Barbie world, life in plastic, it’s fantastic ! » ! La chanson date de 1997, il se trouve que plus de 20 ans plus tard, ce n’est pas du tout fantastique… C’est même assez catastrophique.

En 1970, on découvre une zone dans le Pacifique qui accumule les déchets plastiques. En 2015 l’ONG d’ingénierie environnementale The Ocean Cleanup lance une expédition dans l’Océan Pacifique entre la Californie et Hawaï pour déterminer l’ampleur des dégâts 1. Une trentaine de navires traversent le « Great Pacific Garbage Patch » appelé également le 7e continent pour la plus grande expédition de recherche océanique jamais réalisée. C’est la plus grande des 5 zones d’accumulation de plastique dans les Océans. Son ampleur est estimée à 3 fois la taille de la France avec une masse estimée à 80 000 tones de plastique. D’après les scientifiques d’Ocean Cleanup, cela est 4 à 16 fois plus grand que les dernières estimations. Ce qui fait effroyablement peur c’est qu’il y a 4 autres zones.

5 zones d'accumulation de plastique dans les Océans
Carte des 5 zones d’accumulation de plastique dans les Océans, Crédit: The Ocean Cleanup
Bac plastique trouvé sur le continent de plastique dans le pacifique en 2015 et ayant été fabriqué en 1977
Bac plastique fabriqué en 1977, retrouvé lors de l’expédition de The Ocean Cleanup en 2015. Crédit Photo: The Ocean Cleanup

Ce continent de plastique s’est formé suite au transport de nos déchets industriels ou ménagers ainsi qu’aux filets de pêche via les rivières. Le plastique est souvent moins dense que l’eau, il flotte et s’accumule donc en surface. D’après les échantillons relevés, il est soit assez fort pour résister aux courants, au soleil ou à l’eau de mer soit il se désagrège en microplastiques.

Poissons se nourissant sur du plastique flottant à la surface
Masse de plastique flottant en Indonésie, les poissons tentent de s’y nourrir

Les dangers du plastique pour les écosystèmes

Les espèces marines mais aussi les oiseaux sont en danger. Les animaux y compris ceux classés en voie d’extinction, confondent les débris de plastique avec de la nourriture. Le fait est que d’après l’étude menée, il y aurait 180 fois plus de plastique dans cette zone que de nourriture pour eux. Dans 84% des prélèvements, les débris contenaient des produits chimiques hautement dangereux. En plus d’ingérer des restes de notre consommation qui les intoxiquent, certains animaux comme les tortues, se prennent dans les filets et les emballages en plastique qui flottent en nageant.

Oiseau qui mange un sac plastique au bord de l'eau
Oiseau qui prend un emballage plastique pour de la nourriture
Tortue prise dans un sac plastique dans l'eau
Tortue de mer prise dans un sac plastique en nageant, Crédit photo: WWF FRANCE

Cette étude très sérieuse, met en alerte rouge pour l’environnement mais aussi pour l’Homme.

Les emballages plastiques nous intoxiquent

L’étude approfondie menée par The Ocean Cleanup, remet en cause toute la chaîne alimentaire. Les fragments de plastique venant des emballages contiennent une quantité astronomique de produits toxiques. Si les animaux que nous consommons par la suite ingèrent ces substances, alors nous les ingérons aussi.

Impact du plastique sur la chaîne alimentaire globale
Schéma de l’impact du plastique dans la chaîne alimentaire, Crédit: The Ocean Cleanup

De plus, d’après des rapports collectés par Générations Futures 2, les emballages plastiques alimentaires comptent un bon nombre de perturbateurs endocriniens et substances chimiques migrant dans les aliments. Plus l’aliment est gras, plus les substances migreraient facilement dans la nourriture. Repensez-y quand vous choisirez votre fromage à raclette pour cet hiver…

Biodégradable ou biosourcé, pas plus écologique

Sac plastique biodégradable
Sac plastique « 100% Biodégradable » au rayon fruits et légumes d’un supermarché. Crédit Photo: Brunot Dumontet

Ouf ! Beaucoup d’informations qui remettent les idées en place sur notre consommation de plastique ! On pourrait se dire que des solutions durables » sont mises en place pour faire nos courses sans plastique, mais pas toujours… Par exemple, dans de nombreux magasins et supermarchés, des sacs en plastique « biodégradable » ou « biosourcé » sont proposés. Ces sacs plastiques ne sont pas plus écologiques. Ils sont issus de ressources non renouvelables comme le pétrole et sont rarement recyclables.

Nous l’avions évoqué dans notre article sur Comment choisir son savon solide, dire qu’un produit est biodégradable sans autre précision n’a aucun sens. La mention biodégradable ne rend pas le sac plus écologique ou meilleur pour la nature, cela reste un sac en PLASTIQUE. Il en va de même pour les sacs en plastique « biosourcé ». Beaucoup de produits sont issu de matière naturelle sans être écologiques : le caoutchouc des pneus ou les cotons démaquillants (d’ailleurs pour savoir comment choisir vos cotons réutilisables et éthiques cliquez ici) par exemple.

Ayez un esprit critique sur ce que vous voyez et notamment sur la notion de biodégradable.

Astuces simples pour des courses sans emballage plastique (ou presque)

Éviter de faire ses courses en supermarché

Cela peut paraître évident pour certains : les supermarchés sont le palais du plastique. Le plus gros problème pour nous dans les supermarchés, est qu’il y est difficile de diminuer ses déchets liés aux emballages et de consommer vraiment plus sainement. C’est faisable, mais pas sans peine.

Allée de supermarché ou grande surface

On entend que les supermarchés soient pratiques car ils regroupent tout au même endroit. Aujourd’hui il existe des types de marchés couverts ou grandes enseignes bios et vrac qui permettent de ne pas courir dans 10 magasins tout en limitant les dégâts du plastique. Vous pouvez également aller dans des enseignes un peu plus locales.

Si le supermarché est un incontournable pour vous, il y a bien 150 références par produit. Alors, essayez d’en choisir une proposant le moins d’emballage possible (emballage plastique ou non). Essayez d’en faire une règle : on évite le suremballage inutile quand c’est possible. Par exemple 4 couches de carton et plastique pour accéder à un biscuit, des pommes emballées dans du cellophane ou encore des produits sous vide multipliant les couches avant d’arriver dans le frigo. C’est souvent le cas des produits transformés : les plats tout prêts, les gâteaux etc..

Acheter des produits en vrac quand on peut

Sillons de produits en vrac,courses zéro déchét

Pour tout ce qui est sec, on essaye dès qu’on le peut d’acheter en vrac. Les pâtes, le riz, les lentilles, les céréales… Vous pouvez même trouver des épiceries vracs qui font des produits ménagers en vrac ! Vous pouvez amener des sachets ou même vos propres contenants comme des bocaux en verre.

On nous pose souvent la question si le prix du vrac n’est pas plus cher que les produits emballés. Le vrac n’est pas plus cher à condition de comparer ce qui est comparable ! Tout ce qui est brut est globalement moins cher ou au même prix (donc pas les biscuits ou le muesli), à condition de comparer à l’équivalent emballé. On compare deux aliments ayant le même label biologique par exemple, la même provenance et surtout dans le même magasin. Nous mangeons beaucoup de riz (enfin surtout William), et on ne peut pas comparer un riz bio en vrac à un riz classique emballé sous plastique ! Le prix sera forcément différent.

Bocaux avec aliments achetés en vrac
Bocaux en verre utilisés pour acheter et stocker les courses en vrac

Acheter en grande quantité pour réduire l’emballage

Si vous devez quand même acheter des produits qui ont des emballages, essayer de jouer sur la quantité. On préfèrera acheter une grosse brique de sauce tomate plutôt que 5 briquettes. Idem pour les produits ménagers, vous pouvez acheter en bidon de 5L plutôt qu’en petites bouteilles. Sachez qu’acheter en grande quantité est souvent plus économique quand on regarde le prix au kilo ou au litre 😉.

Choisir des sachets en papier réutilisable

Sachet en kraft pour des fraises

Quand vous achetez vos fruits et légumes, vous pouvez avoir le choix entre des sacs plastiques ou des sacs en papier réutilisables (en kraft) . On vous conseille de choisir ces derniers. En effet, la conception d’un sac en kraft lui confère une meilleure résistance pour porter des charges telles que vos fruits et légumes. C’est un matériau qui se décomposerait naturellement 3. En revanche, étant fait en papier, il y a un impact environnemental à prendre compte sur les ressources.

Pour y remédier, cherchez les labels « Eco label européen », « PEFC » ou « FSC » qui assurent que le papier est fabriqué à partir de forêts durables.

Ne pas utiliser un sac à usage unique

Pommes emballées dans du plastique

Quand vous utilisez des sacs venant des magasins, que ce soit en plastique ou en kraft, ne les jetez pas après une unique utilisation ! Quitte à avoir un déchet, autant éviter de le multiplier.

On vous conseille de ne pas faire de nœuds bien serrés sur les sacs plastiques et d’essayer de ne pas déchirer les sachets kraft. Vous pourrez les réutiliser jusqu’à ce qu’ils soient vraiment bons à jeter. 

Remplacer l’emballage plastique par des sacs en tissu pour faire ses courses

C’est une solution que l’on essaye de mettre en place petit à petit : les sacs en tissu lavables et réutilisables. Ces sacs existent en différentes tailles et sont dotés d’un cordon pour les fermer. Ils permettent de ne plus avoir de déchets liés aux sacs d’emballage. Vous pourrez y mettre vos fruits et légumes mais aussi vos produits en vrac.

Nous avons trouvé les nôtres en boutique zéro déchet et dans notre magasin bio local mais sachez que vous pouvez aussi les fabriquer ! Pourquoi ne pas recycler un t-shirt, un bout de drap ou un chiffon ? Si votre sac en tissu ou votre filet à légumes est sale, il suffit de le passer en machine ! Tote bag, sac en toile de jute, filets, upcycling, tout est bon !

Utiliser une cagette en bois pour les fruits et légumes

Cagette en bois ou carton pour les courses

On cherchait une solution pour n’avoir besoin d’aucun contenant pour les fruits et légumes car ça faisait beaucoup de sacs en tissu réutilisables. Nous utilisons donc régulièrement une cagette en bois ou en carton. Au niveau des caisses, on retrouve souvent des cagettes utilisées pour le transport des fruits et légumes, servez-vous-en pour les mettre dedans.

Arrivés à la caisse, soit tout est bien rangé dans la cagette et la personne n’a plus qu’à peser catégorie par catégorie, soit on les met directement sur le tapis. S’il s’agit d’un magasin où l’on pèse nous même les fruits et légumes, il suffit de garder les étiquettes et de les présenter toutes ensemble à la caisse. Vous pouvez les coller sur la liste de courses par exemple 😉. L’avantage principal de cette technique est qu’en mettant les produits directement dans une cagette, tout est plus simple à ranger à la caisse et en voiture.

Voilà pour nos astuces simples à mettre en pratique pour diminuer ses déchets pendant les courses ! Actuellement, nous tentons de ne plus du tout utiliser de sachets en kraft et de privilégier les aliments bruts par rapport aux produits transformés ! Nous vous réservons d’autres articles pour vous conseiller également sur sa manière de consommer pour des courses vraiment éco-responsables. Soyez prêt pour la suite !

Dites nous dans les commentaires quelles sont les astuces anti emballage plastique que vous mettez en pratique 😊

Pour suivre la suite de notre défi “Adopter 1 alternative zéro déchet par semaine pendant 52 semaines”, on vous donne rendez-vous dans la catégorie défi zéro déchet !

Nos sources

  1. Étude détaillée The Ocean Cleanup, The Great Pacific Garbage Patch
  2. Générations futures, dénonciation des perturbateurs endocriniens dans les emballages plastiques
  3. Impact environnemental du papier kraft, France Inter
Si vous avez aimé ce contenu, vous êtes libre de le partager ! :)

20 Comments

  • Cora

    Bonjour, et merci pour cet article très enrichissant.
    Pour le plastique bio… et compostable, eh bien, j’en ai jeté un dans mon compost. 1 an après, je l’ai retrouvé dans le bas du compost, avec ce qui s’est transformé en terre… il était impec’ !
    Du coup, pour les courses, c’est vrac avec sac cousu par mes soins (on pourrait parler des sacs en « coton bio » pour faire ses courses), drive pour le reste, (et éviter d’être tenté par des emballages pensés par des équipes expertes).

    • Mélissandre

      Bonjour Cora !
      Merci pour votre contribution, un bel exemple que « compostable », « biodégradable » ce n’est pas ce que l’on croit. Souvent quand on dit « compostable » sur les emballages, c’est compostable INDUSTRIELLEMENT ce qui n’est pas du tout la même chose !
      Bravo pour les sacs de vrac fait maison belle initiative 🙂

  • emma

    Merci pour cet bel article ! pour ma part, je prends mes fruits dans cagettes chez un petit commerçant de proximité, les légumes dans une AMAp avec canettes ou gros sacs réutilisables, et un maximum d’autres choses en vrac (à la vie claire par exemple), en essayant de sélectionner dans la mesure du possible les produits français et les plus proches de chez moi. Fromage chez le fromager au marché. Merci pour la référence aux différents « continents  » plastiques océaniques, dramatiques pour la faune qui y vit. Toutefois je n’arrive pas à réduire mes déchets au contenu d’un seul bocal en verre en un an, ce que j’aimerai bien !

    • Mélissandre

      Bonjour Emma,
      Merci pour ces bonnes idées pour les autres lecteurs ! En effet aller au plus proche du producteur évite les emballages pour de nombreux produits. Ne vous mettez pas la rate au cours bouillon, nous ne sommes pas du tout à un bocal par an non plus… L’essentiel est de faire un petit pas chaque jour, à la fin vous aurez fait un pas de géant !

  • Marina

    Bonjour, merci pour cet article qui nous rappelle que le plastique est à consommer avec beaucoup de modération. Il y a encore beaucoup de progrès à faire mais on commence petit à petit au quotidien, nos prises de conscience se font sentir !

    • Mélissandre

      Bonjour Marina,

      Merci pour votre gentil commentaire! Vous avez tout dit: il s’agit d’une prise de conscience, on écrit pour « réveiller » le plus de personnes possibles 🙂

  • Anne

    Bonjour et merci pour cet article qui remet bien les enjeux en évidence à tous les niveaux.Difficile de faire une transition nette comme vous le dites en début d’article! Il faut trouver,chacun à son niveau, en fonction de ses possibilités et de sa façon de vivre les petits gestes à modifier au quotidien. Petit à petit…

    • Mélissandre

      Bonjour Anne, vous avez tout compris 🙂 Le grand idéal pour freinez drastiquement les choses pour la planète serait évidemment que tout le monde change du noir au blanc très rapidement mais en pratique on sait que ce n’est pas faisable. Un pas après l’autre et un petit geste à la fois font de grands pas dans le changement 🙂

  • Audrey

    Merci pour cet article clair et intéressant! Je trouve que de plus en plus de supermarchés proposent maintenant du vrac, ce qui est bien! Personnellement, j’ai opté depuis plusieurs années pour le tote bag en tissu, j’en ai de toutes les tailles. C’est très résistant et bien pratique pour faire ses courses!

    • Mélissandre

      Bonjour Audrey,

      Merci pour votre partage et bravo pour avoir rejoint la Team Tote Bag ! Les supermarchés essayent de faire des efforts sur le vrac, souvent quand il y a un rayon bio mais il faut faire attention, certaines grandes enseignes remplissent les bacs avec des aliments préconditionnés en tout petits sachets plastiques au lieu d’acheter en gros, ce qui multiplie les emballages à l’insu du consommateur…

  • Coralie

    Ah, merci de s’excuser pour la petite Mamie qui faisait ses courses ! 😉 De bons conseils partagés, mais les industriels doivent aussi revoir leur copie, je suis toujours surprise de voir des fruits emballés à l’unité, des oeufs cuits durs…Par contre parfois, j’hésite, faut-il préférer l’emballage en verre ou la conserve ou est-ce égal ? Merci 😉

    • Mélissandre

      Bonjour Coralie,

      Merci d’avoir lu notre article et pour votre remarque très pertinente. Nous sommes bien d’accord les industriels devraient être forcés de réduire leur impact environnemental avec plus de législation sur le sujet… En attendant on essaye de boycotter tous ces emballages souvent inutiles.
      Pour répondre à votre question: les conserves sont en aluminium la plupart du temps. L’aluminium a un lourd cout écologique pour son extraction, son traitement et le recyclage qui n’est pas aisé. Le verre est fait à partir de sable (qui n’est pas sans fin non plus) mais peut être recyclé et refondu quasiment à l’infini. L’intérêt de choisir des bocaux en verre est de pouvoir les réutiliser chez vous également 🙂 Nous gardons les nôtres pour stocker d’autres aliments, pour le vrac, faire des conserves de confiture, compote, plats cuisinés… Ils me servent même de tupperware pour le midi au travail 🙂

  • Bastienne Nagy

    Bonjour ! merci pour cet article. Les sacs plastiques à usage unique, c’est affolant…je me souviens qu’aux Canaries, en 2018, ils en distribuaient partout et pour tout ! c’était affligeant de voir le peu de conscience à ce sujet. Pour le vrac, je fais ce que vous préconisez, en revanche, les distributeurs reçoivent généralement ce vrac dans des sacs en plastique. Je connais un importateur de fruits secs et séchés qui cherche des alternatives pour réceptionner la nourriture sans qu’elle soit avariée, mais il semble qu’il y ait peu d’offres d’industriels dans ce sens. Ce serait intéressant d’enquêter de ce côté-là. Mais bon, j’imagine que le lobby du plastique est immense…

    • Mélissandre

      Bonjour Bastienne,

      Merci d’avoir lu notre article ! Les Canaries sont en Europe pourtant mais chaque pays n’est pas sensibilisé de la même manière… Vous avez raison pour le vrac, cependant dans les magasins bios par exemple ils peuvent le recevoir sous grand format kraft ou au moins grand format plastique pour éviter plein de petits emballages. Les industriels ne sont forcés à rien aujourd’hui alors que faire bouger les choses du côté des entreprises aurait un impact bien plus important. Comme vous le rappelez, l’écologie ne fait pas du bien au lobby et aux gros acteurs industriels ce qui rend la machine plus difficile à faire bouger. C’est pour ça que les petites fourmis comme nous tentent de s’allier pour activer le changement d’habitudes 😉

  • Joanaa F.

    Merci pour cet article ! Le plastique est partout effectivement pas facile de l’éviter dans la vie quotidienne ! Merci pour votre article éclairant sur le sujet.
    Bonne journée.

  • leblogdespagnol

    Merci pour cet article. Pour ma part, j’utilise des cagettes en carton que j’ai toujours avec moi! comme ça, c’est facile et rapide à ranger quand je vais faire mes courses!

    • Mélissandre

      Bonjour,

      Nous sommes bien d’accord, on gagne un temps fou en caisse quand tout est déjà dans la cagette !

  • Benoit - Jappanda

    Salut Mélissandre et William,

    Super article, très complet, et plein d’un élément qui manque vraiment beaucoup dans le monde du 0 déchet : LA BIENVEILLANCE !!!

    ça me rappelle des discussions avec des gens qui, quand je dis que je m’intéresse à l’écologie etc me balancent à la gueule que eux, tu comprends ils ont une voiture électrique, et que moi non…sauf que moi j’ai des toilettes sèches et que eux ils font leurs besoins dans de l’eau potable…voilà, ça vire souvent au concours de « celui qui a la plus grosse »…alors que c’est une ambiance beaucoup plus saine sur votre blog !

    Sinon une idée d’article comme ça : la ville de Kamikatsu au Japon, qui est ville qui est proche de devenir 0 déchet !

    a+

    Benoit

    • Mélissandre

      Bonjour Benoit,

      Merci pour votre commentaire qui nous va droit au cœur ! Entre écolos la bienveillance doit être de rigueur, il faut féliciter chaque petit pas !Et entre nous la voiture électrique ce n’est pas écologique mais nous en parlerons dans un article 😉

      Merci beaucoup pour cette idée d’article, on va aller se renseigner sur cette ville 🙂

Laisser un commentaire

SURPRISE ! Pour vous remercier de votre visite, nous vous offrons gratuitement notre guide en 7 étapes pour diminuer son empreinte carbone efficacement en faisant des économies